cascades
Marble Surface

Pendant la période de confinement l'ensemble de l'économie occidentale s'est aperçu de son niveau de dépendance à la Chine .

En effet aujourd'hui l'ensemble de la production mondiale est concentré dans ce pays , or dans des périodes de cessation de l'activité économique provoquée par un élément non prévu comme un confinement généralisé,le monde et notamment l'Occident souffre du manque d'approvisionnement causé par l'interruption de l'activité de production . 

Cette prise de conscience à niveau mondial a amené le Brésil à adopter une stratégie pour augmenter son niveau d'indépendance et d'autonomie sur la scène économique mondiale.

 

En effet le Brésil est un énorme producteur de matières premières notamment de riz, de soja, de viande bovine, de café, etc. le Brésil ne dépend donc pas de la Chine pour son approvisionnement en matières premières c'est plutôt le contraire .

Le gouvernement brésilien conservateur et souverain qui contrairement à l'Europe possède une totale autonomie de sa politique monétaire, décide alors d'entamer une politique de dévaluation de sa propre monnaie et tente ainsi d'attirer un maximum d'investissement direct étranger et grâce à cela augmenter et consolider son parc industriel pour donner lui-même la valeur ajoutée nécessaire à ses propres matières premières et ainsi augmenter sa force et son autonomie dans ce nouvel échiquier mondial . 

 

Pour ceux qui doutent de la dévaluation volontaire de la monnaie brésilienne, rappelons que le brésil possède pratiquement 350.000 milliards de dollars en réserve de change, il peut donc à n'importe quel moment utiliser ces réserves pour accroître la valorisation de sa monnaie . 

 

Cependant ce n'est pas son objectif car il veut continuer d'attirer un maximum d'investissement direct étranger car avec une monnaie aussi faible cela réduit considérablement le prix de l'ensemble des actifs brésiliens pour ceux qui achètent en euros ou en dollars . 

il 's'agit donc d'un moment opportun pour les investisseurs qui désirent se positionner sur le Brésil . 

 

 

En interne comme les Brésiliens ont vu leurs monnaies se dévaluer de manière considérable et comme les restrictions logistiques et sanitaires ont de plus en plus augmenté, cela a favorisé la diminution des voyages à l'étranger et à l'augmentation des voyages à l'intérieur du propre territoire brésilien . 

Les zones à vocation touristique comme la région du Nordeste brésilien est en train de vivre une véritable embellie qui peut être comparée à celle que la Côte d'Azur a vécu il y a une cinquantaine d'années en arrière . 

 

Tout cela accompagné d'autre facteur comme la baisse des taux d'intérêt , l'augmentation de l'offre de crédit et les changements d'habitude provoqués par la période de confinement vont certainement mener au plus gros boom immobilier de l'histoire économique du Brésil .  

 

 En effet le Brésil est en train de recevoir actuellement la plus grosse disponibilité de crédit qui jamais reçu dans toute son histoire économique .

 Ceci va transformer considérablement le marché immobilier brésilien mais aussi l'ensemble de l'économie du pays .

 

Pour comprendre à quoi est due cette soudaine offre de crédit , il faut tout d'abord comprendre les mécanismes et le fonctionnement de l'industrie bancaire . 

Pour faire face aux effets de l'interruption de l'activité économique pendant la période de confinement, le Brésil comme la plupart des économies mondiales à mit en place une politique d'expansion monétaire qui à mener à une augmentation de l'offre de crédit et à une réduction des taux d'intérêt .

Cependant cette nouvelle configuration économique a poussé les banques à changer leurs modèles dans la distribution et l'octroie de crédit sur le marché .

De manière classique une banque rémunère l'épargne de monsieur x à un taux fixe annuel et la prête monsieur y à un autre taux annuel et 

la différence entre ces deux taux qui se nomme le spread constitue le gain qu'elle perçoit entre ces deux opérations . 

 

Cependant À partir du moment où les taux d'intérêt sont devenus inférieurs à l'inflation, l'ensemble des banques brésiliennes ont perdu une partie considérable de leurs marges  qui leur permettait jusqu'alors de payer leurs coûts fixe et opérationnel .

 

Pour augmenter leurs marges les banques doivent donc se positionner sur l'octroi de crédits de plus longue durée qui ont des taux d'intérêt beaucoup plus importants .  
Et quel est Le crédit plus longue durée qui existe dans l'économie, c'est le crédit immobilier et la conséquence de cela c'est l'augmentation considérable de l'offre de crédit immobilier.
Une offre de crédit nettement supérieur à tout ce qui s'est déjà vu dans l'histoire économique du pays . 


Par exemple en août 2020 l'offre de crédit immobilier en provenance de ce popan ça (le produit d'épargne la plus traditionnelle au Brésil ) à augmenter de plus de 75 % par rapport au mois d'août de l'année dernière.


Il ne s'agit donc pas seulement de la plus grosse offre de crédit immobilier disponible au Brésil mais aussi de l’offre ayant la plus grosse vitesse de croissance déjà vécue dans toute l'histoire du pays . 
La disponibilité de crédit a pratiquement doublé dans un espace de temps très limité et tout cela quand le taux de chômage est le plus élevé de l'histoire.
Imaginez-vous ce qui va se passer quand le taux de chômage va baisser et que le risque de solvabilité des emprunteurs va diminuer ?
L'offre de crédit immobilier va littéralement exploser!!!


Ce qui va augmenter de manière considérable la demande du secteur et par conséquent le prix des actifs immobiliers durant les prochaines années.
Ce qui s'est passé notamment dans tous les pays qui ont vu voir leurs taux d'intérêt diminuer d'une manière rapide et significative et qui ont vécu une augmentation de l'offre de crédit immobilier atteindre des niveaux records . 

 

Il existe également un second facteur qui agite encore plus le marché .

 

Il s'agit des conséquences de la pandémie

 

En effet la pandémie a fait en sorte que les Brésiliens restent chez eux pendant plusieurs mois consécutifs pour certaines personnes tout cela a mené à un changement d’habitudes considérable car cette période a pour ainsi dire à favoriser chez la plupart des Brésiliens un changement de priorité qui a mené à une prise de conscience collective et à un changement de style de vie.

 

Sur le court et moyen terme l'ensemble de ces changements ira provoquer une complète mutation de la demande structurel du secteur . 

Par exemple, une bonne partie de la population brésilienne  a pris conscience qu'elle pouvait travailler à domicile et être aussi productive que si elle était au bureau . 

Plusieurs études ont déjà démontré que beaucoup de bureaux corporatifs sont en train de fermer car les entreprises privilégient le travail à domicile qui augmente la productivité et diminue les frais logistiques .


Que cela provoque-t-il sur le marché ?
D'un côté une réduction de la demande pour l'immobilier de bureaux, de l'autre l'ensemble les personnes qui travaillent à domicile n'ont plus la nécessité de rester en milieu urbain,
Ces personnes préfèrent donc augmenter leurs qualités de vie en déménagements vers des destinations moins coûteuses comme la région Nord-est , proche de la mer ou de la campagne .


Les Brésiliens abandonnent donc petit à petit leurs petits appartements pour des propriétés plus spacieuses et distantes des grands centres urbains.
Le temps passé à la maison durant la période de confinement a également favorisé la valorisation des espaces communs des résidences fermés.
Ce qui probablement provoquera un changement de l'offre des nouveaux programmes immobiliers.


En définitive même si l'économie brésilienne a de gros défis à relever comme une répartition plus équitable de ces richesses et la réduction de son déficit fiscal , tous ces changements d'habitude ajoutés à la baisse des taux d'intérêt, à l'augmentation de l'offre de crédit et à un énorme déficit habitation déjà existant mènera certainement au plus gros boom immobilier de l'histoire du Brésil.

 

Par Gérôme Jean Alain Walch 

Ceo Brazil Partner Investment .